AMD et Nvidia, l’origine d’un duel

0

Ah le pixel, toute une histoire ! À vrai dire, sans votre chère et tendre carte graphique le pixel ne serait rien. Ou peu s’en faut. Il faut dire que depuis les premiers ordinateurs et les premiers périphériques visuels, il a fallu beaucoup de patience, d’amour et de technique pour permettre aux cartes graphiques et à leurs processeurs visuels (GPU) de restituer des rendus en 3 dimensions. Et même si aujourd’hui la technicité des cartes graphiques peut effrayer les premiers venus, ils existent des points clefs permettant de saisir facilement certaines particularités des CG. Néanmoins, dans cet article nous vous parlerons un peu de l’histoire des marques Nvidia et AMD.

Les frères ennemis ?

Nvidia et AMD seraient des frères ? Calomnie !

Hé bien pas tant que cela : Si Jerry Sanders crée AMD dans ce que l’on appellera la Silicon Valley en 1969, l’un des fondateurs de Nvidia a fait son école sur les bancs d’AMD. En effet, avant de lancer Nvidia en 1993 Jen-Hsun Huang passe deux années à créer des Microprocesseurs pour Sanders. Loufoque ? Pas du tout ! À l’époque l’univers de la technologie n’en est qu’à ses balbutiements et toute personne évoluant dans ce petit monde se rencontre facilement dans les mêmes endroits, voire dans les mêmes sociétés. D’ailleurs, les fondateurs d’Intel Robert Noyce et Gordon Moore ont également travaillé avec Jerry Sanders, c’est dire !

Pourtant des décennies plus tard, Nvidia et AMD (qui absorba ATi en 2006) sont les deux seuls chevaux à courir une course sans fin.

Juillet 2006, signature pour la fusion des deux sociétés : à gauche le président d'ATi, Dave Orton. A droite Hector Ruiz, président d'AMD;
Juillet 2006, signature pour la fusion des deux sociétés: à gauche, le président d’ATi Dave Orton. A droite, Hector Ruiz président d’AMD.

A propos d’Ati :

ATI_Technologies_(logo).svg
Née en 1985, cette société canadienne spécialisée dans les cartes graphiques a su évoluer et rejoindre AMD en 2006 pour devenir l’une des deux marques les plus importantes dans le secteur des GPU.

 

 

Il ne peut en rester que deux

C’est dans les années 2000 que le marché des cartes graphiques s’est cristallisé. Du côté d’ATi, le rachat d’ArtX Inc permet à la firme de sécuriser un contrat d’exception : équiper la future GameCube de Nintendo.

Logo-NvidiaChez Nvidia, on signe également des contrats avec d’autres marques pour monter en compétence et finaliser le rachat de la marque 3dfx. D’autant plus que les deux marques avaient dès 1995 propulsé le jeu vidéo PC dans l’ère de la 3D avec leurs premières cartes 3D (La Ati Rage et la NV1) et inauguraient ainsi une course folle vers l’innovation technique.

Dès lors, le marché de plus en plus concurrentiel ne se divise presque plus qu’entre Nvidia et ATI. En 2001, avec Intel et ses cartes graphiques intégrés, les deux marques donnent le change et rivalisent point par point en inaugurant les gammes Radeon (Radeon DDR) et GeForce 3. Mais ce n’est pas tout ! AMD continue de signer des contrats de renoms avec des concepteurs de console de salon et équipe désormais les Nintendo Wii et les Xbox 360.

À la sortie des années 2003, les deux marques mettent en place leur course à l’innovation et les sorties de l’une succèdent à celle de l’autre, afin de conquérir le plus d’utilisateurs possible. ATi signe alors un grand coup avec la Radeon 9800 alors que Nvidia réplique avec la GeForce FX 5900. S’en suit une série de sorties basée sur la surenchère technique. Et c’est dans cette optique qu’ATI vient renforcer les rangs d’AMD en 2006.amd

Le Statu Quo AMD// Nvidia

S’en suit le Statu Quo que nous connaissons actuellement : un marché divisé entre NVIDIA et AMD.

Et même si la première marque est bien plus reconnue que la seconde, AMD peut toujours se targuer d’équiper les consoles PS4, Xbox One et Wii U. Longtemps pointée du doigt pour ses soucis de drivers et relégué au second plan par l’omniprésence de NVIDIA, AMD reste une marque avec laquelle il faut compter et qui a su se ménager d’autres chemins d’entrés chez les consommateurs.

Aujourd’hui, les concepteurs travaillent à de nouvelles applications pouvant rendre leurs cartes encore plus performantes. On pense notamment à la microarchitecture Pascal de Nvidia et a Polaris pour AMD, mais aussi aux travaux menés autour de la réalité virtuelle. Quoi qu’il en soit chez GrosBill, les concepteurs de nos PC travaillent sur les deux bases afin d’exprimer le plein potentiel des deux marques.

Et jusqu’au 15 mai 2016, GrosBill et NVIDIA célèbrent les Green Days : 4 jours ultra-gaming avec des codes promos et des jeux offerts !

Laisser un commentaire