À la loupe : les jeux indépendants

0

Nous ne prendrons aucun risque en affirmant que les jeux vidéo ont terriblement évolué ces dernières années. Les histoires, le gameplay et même les objectifs se sont tellement diversifiés, qu’il est aujourd’hui impossible qu’un style de jeu ne vous corresponde pas.

En marge des grands studios de jeux, développant des hits à la portée et à la renommée internationale, de nombreux développeurs et studios indépendants proposent de véritables perles.

Un graphisme plus mature ?

On pourrait s’attendre à des graphismes plus matures pour accompagner ses jeux quelque peu différents. Mais il n’en est rien. De nombreux softs optent pour des images un peu enfantines, mais qui ne démentent aucunement la profondeur de la création.

Jeux indépendants - The Banner Saga
The Banner Saga, un graphisme mature

L’exemple d’Ori And The Blind Forest

Même si édité par Microsoft Studios, Ori And The Blind Forest est un chef d’œuvre signé par les studios indépendants Moon. Porté par un gameplay simple, mais efficace, ce jeu de plateforme en 2D possède une véritable atmosphère à part entière. Ses graphismes soignés et son personnage ultra-attachant (Ori est une boule de poile blanche située quelque part entre le chat et le rongeur), bénéficient en plus d’une histoire travaillée et d’un univers assez sombre. C’est dire, le jeu a remporté plusieurs prix en 2015 et continue de rencontrer un franc succès dans les communautés de joueurs.

Jeux indépendants - Ori And The Blind Forest
Ori And The Blind Forest

Symptomatiques de notre marché saturé par les blockbusters des plus grands studios, les plateformes de téléchargement de jeux favorisent l’émergence des softs produits par des indépendants. Steam, mais également les plateformes Xbox et Playstation Live participent à l’expansion de ce type de jeu.

Une offre en pleine expansion

Au-delà de Minecraft, des jeux comme Bastion ou encore The Banner Saga alignent les mêmes recettes : des graphismes et des visuels ultras soignés (ou avec des choix artistiques radicaux), ainsi qu’une histoire plus ou moins sombre, dont la maturité surprend, puis conquit le joueur. De plus, les gameplay sont également au rendez-vous et offrent des expériences uniques à la plupart des utilisateurs.

La narration et le graphisme au centre du phénomène

Jeux indépendants - Winter Voices
Winter Voices, un jeu particulier, entre beauté et folie douce

Vous l’avez compris, la narration et les graphismes sont  des éléments clefs autour desquels se développe ce genre de jeu. Non pas que les jeux grands publics font systématiquement l’impasse sur les graphismes et la narration (loin de là, même !), mais il faut reconnaitre que ce sont deux éléments qui s’avèrent être exploités différemment dans ce genre de soft. Une certaine douceur imprègne les jeux, prétexte idéale permettant aux scénaristes d’imposer des choix plus drastiques dans l’histoire et les messages véhiculés. Pour exemple, en 2010 Winter Voices faisait le pari d’offrir une expérience unique.  Avec une narration très mature, le joueur se retrouvait à gérer tout un panel d’émotions, afin d’assurer la survie psychologique de l’héroïne. Un speech un peu plus élaboré qu’un simple tir de shoot. (attention, il existe quand même des jeux dit « indés » n’exploitant ni un graphisme léché, ni une histoire de haute volée)

Cas de figure : The First Tree

Jeu toujours en cours de développement, The First Tree est signé par la même équipe que le fameux Home Is Where One Starts, est proposera un univers calme et enchanteur. L’histoire s’avère elle être un plus mélancolique, puis qu’elle contera l’histoire d’une renarde à la recherche de sa progéniture et dont l’aventure croisera celle d’un couple ayant subi une perte.

On y retrouve plusieurs éléments clefs de ce type de jeu : un univers enchanteur aux graphismes coloré  une narration travaillée et surtout un rythme situé à des lieux du block buster basique. Si le jeu est encore en développement, il devrait rencontrer son public et sera perçu par beaucoup, comme une expérience cinématographique. (Le jeu ne devrait pas demander plus de deux heures pour être terminé.)

Mais attention, ne cédons pas aux clichés, car de nombreux jeux indépendants suivent des chemins totalement différents. Trine, Hotline Miami ou encore Limbo sont des jeux dont les codes oscillent entre des ficelles bien connues et un univers totalement inédit. Et beaucoup de grands studios (Microsoft Studios en tête) s’inspirent de plus en plus (ou rachètent carrément) les idées et les licences qui s’attèlent à renouveler les genres de jeux vidéo.

Laisser un commentaire