Une console de légende – La Néo Géo AES

1

Alors que tout le monde s’extasie (à raison ou non) sur les consoles de dernières générations conçues par Nintendo, Microsoft ou Sony, il fut un temps ou l’équilibre des forces n’était pas aussi marqué. Je vous parle d’un temps, où la frontière entre créateur de jeux et développeur de console était si diffuse, que de nombreux studios possédaient leur propre système d’exploitation.

Le cas de la firme SNK est un cas d’école. D’abord concepteur de jeu sur d’autres consoles, la marque s’attaque peu de temps après au secteur des arcades avant de faire le grand saut et de s’essayer à la colonisation de votre salon.

La Néo Géo AES, une console de 4e génération qui a marqué son époque !
La Néo Géo AES, une console de 4e génération qui a marqué son époque !

Here comes a new challenger : la Neo Geo AES

C’est fin 1990, début 1991 que la Néo Géo AES (Advanced Entertainment System) débarque dans nos vertes contrées. Affichant un prix prohibitif (il faut compter plus de 500€ pour le système, 280€ pour un jeu), elle n’en demeure pas moins la console de salon qui a marqué toute une génération de gamer. Et ce n’est pas un hasard, elle affiche une puissance exemplaire restituant des graphismes et des sons d’une qualité alors jamais vu ou entendu.

Il faut dire que la taille gigantesque de ses cartouches, lui permet de stocker allègrement des jeux atteignant d’abord la bagatelle de 100 Mo (une taille plus que conséquente à l’époque), les années à venir permettront à SNK de repousser les limites.

THE STICK

Néo Géo
Le stick Néo Géo, n’est pas un modèle d’ergonomie… non ?

Aujourd’hui encore, de nombreux joueurs considèrent le Stick SNK comme la référence pour les manettes et les sticks. Véritable monstre à la taille imposante, la précision de son stick et sa solidité ont fait le bonheur de nombreux joueurs. Et évidemment, son fonctionnement très proche des sticks des grandes machines d’arcade ravit les joueurs, tant pour son aspect professionnel que pour les sensations procurées !

Samurai Shodown, Fatal Fury, Art of Fighting et… King of Fighters !

Des cartouches ? Des mastodontes ! La Néo Géo ne blaguait pas !
Des cartouches ? Des mastodontes ! La Néo Géo ne blaguait pas !

Les capacités de la Néo Géo s’expriment au mieux avec les jeux de combats emblématiques tels que Art of Fighting, Samurai Shodown ou encore Fatal Fury. Les couleurs et les possibilités de déplacements outrepassant largement la franchise rivale de Capcom, SNK reçoit un juste succès critique. Celui-ci culmine avec l’arrivée de King of Fighters 94 (puis de KoF 95). Le célèbre soft offre une technicité sans précédent, mais également un graphisme soigné qui charme un grand nombre de joueurs. Avec KoF, SNK entre dans la postérité, car même si la console est plus un succès critique que commercial, SnK s’est également imposé dans les salles d’arcade et porte ses grands succès sur les consoles de nouvelles générations comme la PlayStation.

À propos de SNK

flat,800x800,075,fNé en 73 dans le port d’Osaka, SNK  (Shin Nihon Kokaku pour « le nouveau projet Japonais) est né de l’impulsion de l’ex Boxeur Eikichi Kawasaki. Dans les années 80’s, la marque s’impose avec succès dans les salles d’arcades du monde entier et souhaite s’imposer dans les salons à l’aide de la Néo Géo. Déclarée en faillite en 2001 par la holding Aruze, la société renait de ses cendres tant bien que mal sous la houlette d’Eikichi Kawasaki et réacquiert son propre nom en 2016. Les licences des jeux ayant été cédées à d’autres studios, les jeux tels que King of Fighters n’ont jamais totalement quitté le marché.

La fin d’une ère

Si la Néo Géo faisait partie de la dernière génération des consoles 16 bits, celle-ci fut la seule à exploiter au mieux la 2D. Et quand la nouvelle génération de console 32 Bits (PlayStation et Sega Saturn) arrive, la Néo Géo demeure techniquement la plus amène à faire la part belle à la 2D. Mais face au support CD (et malgré la Néo Géo CD), l’émergence de la 3D et les prix beaucoup plus abordables de la concurrence, elle sombrera peu à peu dans l’oubli, sauf pour les collectionneurs et les rétros gamer les plus assidus.

 

DiscussionUn commentaire

  1. Pingback: Une console de légende – La PlayStation 1 | Grosbill Blog

Laisser un commentaire