Le Wi-Fi passif : vers une nouvelle norme

0

Les prémices du Wi-Fi passif

Pour comprendre l’intérêt de développer le Wi-Fi passif, il est indispensable de prendre en considération une donnée essentielle concernant le Wi-Fi que nous utilisons actuellement. Le signal Wi-Fi que nous connaissons offre une grande efficacité pour la transmission des données mais réduit considérablement la batterie des appareils tel que le smartphone car le signal est énergivore. Cette nouvelle norme pourrait résoudre ce problème.

Il y a un détail encore plus exaltant. L’Internet des objets pourrait avoir son heure de gloire en disposant de ce nouveau système de communication. Tous les objets connectés qui flirtent avec la connexion Bluetooth se prosterneraient devant cette solution alternative plus performante mais moins gourmande. L’équipe de l’université de Washington qui s’est penchée sur le sujet démontre que l’on peut générer un signal performant sur la norme 802.11b tout en consommant 3 à 4 fois moins de puissance.

En quête d’un nouveau signal

Des chercheurs ont tenté d’explorer le concept du Wi-Fi passif en mode de rétrodiffusion. C’est-à-dire de créer un flux de données basé sur une norme antérieure 802.11b et circulant sur une bande passante étroite pour se placer au-dessus du niveau du protocole Wi-Fi actuel. Mais il s’est avéré que les débits des données étaient trop faibles.

Au lieu de cela, l’équipe de l’UW a trouvé le moyen d’utiliser la communication de rétrodiffusion comme mode de transport. Le dispositif Wi-Fi passif nécessite deux intervenants matériels : un émetteur et un récepteur/réflecteur. Un module analogique (branché au secteur) équivalent à un routeur sert d’émetteur. Il synthétise un signal RF (Radio Fréquence), l’amplifie et le diffuse vers deux récepteurs servant de point d’accès au réseau. Ces derniers se chargent de réfléchir le signal Wi-Fi sous une forme numérique sur lequel l’utilisateur se connecte tel un réseau Wi-Fi classique.

Wi-Fi passif visuel01

Des résultats concluants

Le signal du Wi-Fi passif peut être utilisé sur un appareil compatible Wi-Fi tel qu’un routeur, un smartphone ou une tablette ce qui est un bon point de départ, vous en conviendrez. Le signal Wi-Fi passif a été soumis à différents tests et le résultat est prometteur. Ce signal semble répondre jusqu’à 30 m de distance en fonction des obstacles rencontrés tels que des murs séparateurs. En outre, la puce « Wi-Fi passif » consomme 10.000x moins que le signal Wi-Fi actuel et 1000x moins que les connexions Bluetooth LE (Low Energy) et ZigBee. Et le taux de transfert de données est capable d’atteindre 11 Mb/s., un résultat équivalent à la norme 802.11b.

Un signal Wi-Fi en bonne voie

L’équipe de l’Université de Washington met l’accent sur les avantages du Wi-Fi passif qui a le potentiel de transformer l’industrie du Wi-Fi et de faire naître une utilisation plus économe et moins consommatrice en énergie sans compromis sur la performance du signal. Aujourd’hui, le secteur de L’Internet des objets a le vent en poupe et semble être un bon vecteur d’utilisation pour ce système de communication ambitieux. Les périphériques mobiles (smartphones, tablettes tactiles, pc portables…) ainsi que les appareils domestiques (automatismes, ampoules connectées, détecteurs de fumée, systèmes de surveillance vidéo…) ont modifié notre quotidien et la manière de concevoir chacune de nos actions.

Wi-Fi passif visuel01

Un signal stable et performant facilite la connexion entre tous ces objets qui nous entourent.  Le Wi-Fi passif semble répondre à ces attentes mais se substituera-t-il à courts termes aux normes de communication sans fil les plus récentes tel que le Bluetooth ? Nous suivrons de près l’évolution de ce nouveau système.

Laisser un commentaire